L'association

L'association / Mot du président

Message du président 2017-2018

Les nouveaux élu(e)s des municipalités riveraines s’engageront-ils à mieux protéger le lac Aylmer?

Au cours des quatre prochaines années, les mairesses et les maires de Stratford (M. Denis Lalumière), de Beaulac-Garthby (Mme Isabelle Gosselin), de Disraeli (M. Jacques Lessard), de Weedon et de la Paroisse de Disraeli, dont les noms seront connus le 5 novembre prochain, auront l’opportunité de faire plus et de faire mieux pour la protection du lac Aylmer. Mais le feront-ils et quel est leur plan de match?

L’Association des riverains du lac Aylmer (ARLA) propose à tous les élu(e)s une courte liste de mesures pragmatiques et abordables qui feront, sur quelques années, la différence entre un lac dont la qualité de l’eau s’améliorera ou se détériorera.

Dès le départ, il est essentiel que chaque municipalité riveraine collabore avec l’ARLA pour mettre en place rapidement un forum efficace d’échanges sur les enjeux liés à la protection du lac Aylmer et sur les meilleures stratégies d’intervention pour améliorer la qualité de l’eau du lac. L’établissement d’un fonds modeste alimenté par les cinq municipalités riveraines auquel participerait financièrement l’ARLA pour agir efficacement sur le terrain est une condition de succès à cette initiative.

La création dans chaque municipalité riveraine d’un comité consultatif sur l’environnement est nécessaire pour permettre à des citoyens d’aviser sagement les autorités municipales sur des enjeux environnementaux concrets et ainsi les soutenir dans la prise de décisions. Dans le même esprit, pour relever les grands défis que représente notamment la gestion des eaux, les municipalités doivent disposer d’une plus grande expertise environnementale accessible au quotidien.

Un environnement sain requiert que les municipalités adoptent une règlementation responsable en matière de bande riveraine, de gestion des engrais et des pesticides et de gestion de l’érosion des sols et la fasse respecter. Le traitement des eaux usées doit être sans faille et répondre en tout temps aux normes gouvernementales, les débordements des stations d’assainissement des eaux doivent être beaucoup mieux contrôlés et toutes les installations septiques doivent être inspectées afin de s’assurer qu’elles répondent à de hauts standards d’efficacité, car il n’y a pas de droits acquis en cette matière.

De plus, afin que l’impact environnemental de l’utilisation du lac Aylmer par les plaisanciers soit minimal et que la sécurité nautique soit maximale, les municipalités riveraines du lac Aylmer doivent conjointement s’impliquer dans la gestion des sites publics de descentes à bateaux. L’ARLA est très préoccupée par la prolifération des plantes aquatiques envahissantes, l’érosion des berges, la remise en circulation dans l’eau des sédiments, les rejets des embarcations de plaisance et la cohabitation des utilisateurs compte tenu de la multiplicité des usages. Les municipalités riveraines devraient également l’être et agir en conséquence.

Les demandes de l’ARLA sont très raisonnables et ne pas y donner suite contribuera malheureusement à la dégradation de notre environnement. Il faut donc que les municipalités riveraines du lac Aylmer acceptent de travailler ce dossier majeur en étroite collaboration avec l’ARLA et deviennent des chefs de file dans la protection des lacs et des cours d’eau sur leur territoire.

L’ARLA invite les citoyennes et les citoyens de Stratford, de Beaulac-Garthby, de Disraeli, de Weedon et de la Paroisse de Disraeli à s’approprier ces recommandations et à les promouvoir aux assemblées mensuelles des nouveaux conseils municipaux maximisant ainsi les chances d’atteindre notre objectif commun : protéger le lac Aylmer et, par effet d’entrainement, protéger tous les autres lacs de notre région.

Pour plus de détails sur nos recommandations, vous pouvez consulter l’édition 2017 du Bulletin annuel de l’ARLA disponible sur notre site.

Merci de votre implication à la protection de nos lacs et de nos cours d’eau, un héritage à laisser aux générations futures

Daniel Poirier, président de l'ARLA