Pêche

Dossiers / Pêche / Ensemencement de dorés (2010) / Étude sur la population de dorés du Lac Aylmer(2003)

Étude sur la population de dorés du Lac Aylmer(2003)

Documents relatifs au dossier:

  • aucun document


Vidéos relatifs au dossier:

par: Luc Michel, président A.R.L.A.

À la fin des années 90, suite à l'inquiétude démontrée par les pêcheurs face à la détérioration de la pêche sportive au lac Aylmer et au grand lac Saint-François, les associations de riverains de ces deux lacs firent les démarches nécessaires et obtinrent qu'une étude approfondie de la population de poissons de ces deux plans d'eau soit faite par la société de la Faune et des Parcs du Québec. Elle se déroula entre 1998 et 2001.

Les résultats de l'étude au grand lac Saint- François furent publiés au printemps 2002 et ceux du lac Aylmer en juin 2003 lors d'une assemblée publique d'information. Il s'avère que le principal problème n'est pas le même dans les deux plans d'eau. Au lac Saint-François, le niveau de l'eau a été tellement abaissé certaines années durant la période de fraye que cette dernière fut détruite éliminant ainsi la génération de dorés qui en aurait résulté et créant des "trous" dans la population. Il est important de noter ici que le niveau du lac Saint-François peut varier de 27 pieds entre le niveau le plus haut et celui le plus bas alors qu'au lac Aylmer, cette différence est de 7 pieds. La problématique n'est donc pas du tout la même.

L'étude au lac Aylmer démontre que le problème principal concernant la population de dorés en est un de surexploitation. Cette situation s'explique par le nombre de pêcheurs recensés en saison sur le lac et surtout par le fait rapporté qu'un bon nombre d'entre eux ne relâchent pas les petits dorés capturés de moins de 14 pouces (35.5 cm). Ces petits dorés ainsi sacrifiés à deux, trois ans, ne peuvent donc pas devenir des captures de taille intéressante et n'atteignent pas la maturité sexuelle (5 - 6 ans ) pour se reproduire.

Pour corriger cette situation, il est donc vital d'instaurer une limite de taille minimum de conservation pour les dorés. Votre Association favorisait cette mesure depuis quelques années. Enfin, une longueur minimum sera réglementée à partir du printemps 2004 et elle sera de 35 cm (13 3/4 pouces). Malheureusement, les délais impliqués dans la démarche n'ont pas permis d'introduire les changements pour la saison de pêche 2003.

Le rapport du biologiste Pierre Lévesque détaille aussi sept autres mesures à prendre pour protéger la population de dorés.

  1. Convaincre les pêcheurs de relâcher les petits dorés dès le printemps 2003 avant l'instauration des changements à la réglementation.
  2. Durant la période de fraye (fin avril), s'assurer que le lac soit gardé au niveau moyen de l'été afin de favoriser les conditions - Convaincre les pêcheurs de relâcher les petits dorés dès le de fraye. suite...
  3. Dans trois ans, refaire une étude sur la population de dorés afin d'évaluer les effets de la réglementation de la limite de taille de conservation.
  4. Faire un suivi des rivières Coulombe et Maskinongé afin de les rétablir comme frayères actives.
  5. Continuer de prélever des produits sexuels dans les frayères actives et les réintroduire dans les frayères négligées comme la rivière Coulombe et la Maskinongé.
  6. Travailler à identifier et corriger les sources d'apport de phosphore dans le lac.
  7. Évaluer la possibilité de créer une "aire faunique" constituée du lac Saint-François, du lac Aylmer et de la section de rivière joignant les deux. Cette aire faunique serait gérée par un organisme bénévole à but non lucratif.

Votre Association est fière d'avoir obtenu que cette étude soit faite et d'y avoir contribué.




Liens relatifs au dossier: Aucun sous-dossier